Archive | décembre, 2010

Entretien avec une V(ery) I(importante) P(etasse)

28 Déc

On la voit partout, on l’entend partout, on en fait des chansons, des films, des séries télé… je vous parle bien sûr de la Very Important Pétasse, autrement dit, la VIP!

Attention, la VIP n’a rien à voir avec une pouffe, ce n’est pas elle qui va se balader avec son string qui dépasse, un t-shirt trop court et des photos d’elle prises en hauteur avec la bouche en cul de poule et sa « BeStàAhH ».
Je ne parle pas d’une gourde, comme la blonde à gros seins, mais bien d’une véritable pétasse, toujours tirée à quatre épingles, qui ne criera pas dans la rue et
NON, la VIP, elle a de la classe, elle trie (beaucoup trop) ses photos et son image de marque, elle passe des heures dans un magasin devant un unique achat et dépense son argent uniquement en « haut-de-gamme ».

S’il ne faut retenir qu’une chose : La Very Important Pétasse sent bon !

Découvrons pourquoi:

On en a toujours besoin dans son entourage parce qu’elle est un maillon important. Prenons l’exemple des films, on y retrouve toujours, dès qu’il y a une bande de jeunes, une pétasse incrustée.
L’exemple des Black Eyed Peas n’est pas à suivre bien sûr, Fergie est bien trop vulgaire pour être une VIP.

Mais par contre, dans How I Met Your Mother, Robin est, elle, une VIP. Elle consacre sa vie à sa carrière, elle est difficile, elle est belle et pourtant, elle galère autant que les autres.

La VIP n’aime pas être seule. Pour elle, voyager c’est voyager en groupe, être au centre d’une bande, sur un piédestal. Elle aime se pavaner, l’air de rien, en comptant les regards qui s’arrêtent sur sa belle personne.

Et pourtant, la VIP n’a pas l’air sympa. De loin, tu n’as pas envie de l’approcher, un peu comme les mannequins dans les magazines qui tirent la tronche mais dont on envie le look et les formes.

Mais, en creusant un peu, la VIP, contrairement à une cruche ou une pouffe, est adorable et sympa.

C’est une fille comme votre voisine de palier, votre cousine, votre collègue, votre secrétaire… qui a des problèmes avec les hommes, qui fait le ménage et paie ses factures.
C’est la fille qui derrière son masque intégral, tel Dark Vador, est sensible, drôle et comique. Bref, avoir/être une VIP, c’est pas donné à tout le monde.

Rencontre avec une Very Spéciale Pétasse de haut niveau : voici M !

« Bonjour, M. Peux-tu nous décrire ce qui fait de toi une VIP et pourquoi tu as choisi cette voie? »

« A vrai dire, je n’ai pas vraiment « choisi » cette voie. Je pense qu’être une VIP, c’est davantage une vocation qu’un choix, quelque chose avec laquelle on naît, un peu comme la classe, le goût des belles choses ou la rousseur (Dieu m’en préserve, bien sûr). Une VIP ne se laisse jamais aller « vestimentairement parlant » (et si elle ne l’est pas, c’est parce que c’est un style « fait exprès », bien évidemment). Elle peut passer des heures à parler vêtements, chaussures et maquillage, tout comme elle peut soliloquer (oh quel joli mot) avec élégance sur l’actualité, la misère dans le monde, la crise économique, la musique ou des « trucs de geeks ».
Une VIP a aussi un égo assez démesuré mais qui sait rester humble lorsque c’est nécessaire et qui n’a pas confiance en elle à 100% (la VIP est une personne intelligente et sensible, ne jamais l’oublier). Une VIP est aussi quelqu’un qui doit payer (souvent) trop de factures et qui se retrouve donc souvent en pénurie financière (la dèche, quoi!) mais qui n’en montrera jamais rien. Enfin, une VIP se prend une méchante claque dans la figure quand elle se rend compte que son célibat perdure, mais peu lui importe, au final : c’est qu’ils ne voient pas suffisamment clair. »

« Quel est le meilleur et le pire souvenir de ta vie de VIP? »

« Je dirais que « meilleur souvenir » et « VIP » sont redondants: une VIP ne peut se permettre d’avoir de pires souvenirs. Bon, bien sûr, la VIP est parfois traînée de force dans des endroits pas forcément VIP-fiants, dans des endroits souvent mal fréquentés (j’entends par là des gens de basse-classe, des gens qui parlent fort, des gens qui sont « laids du rire », des gens qui boivent trop de bières.. bref.) Mais ça en fait, au final, de très bon souvenirs, puisque une VIP en rira toujours par après avec ses ami(e)s. La VIP a une capacité d’autodérision assez développée. »

« En quoi es-tu différentes des autres VIP? »

« Je n’en connais pas d’autres (du moins, de sexe féminin). »

« Quels sont tes modèles en tant que VIP? « 

« Je pourrais en citer beaucoup, mais je dirais que les principaux sont Kate Moss, Blair Waldorf, Chuck Bass, Yoda, Barney Stinson (« How I Met Your Mother »), Sheldon Cooper (« Big Bang Theory »), Benoît Poelvoorde et François Berléand. Voyez, ça touche à tous les domaines. »

« Peux-tu donner quelques conseils pour devenir une VIP? »

« Comme je l’ai dit à la première question, on ne devient pas VIP, on l’est ou on ne l’est pas. Cependant, je peux comprendre que bien des gens voudraient lui arriver à la cheville (voyez ici : l’égo démesuré lol). Mon premier conseil serait de ne jamais suivre les modes, ne jamais se laisser aller aux extravagances fashion. Une VIP crée son propre style et possède son propre univers. Aussi, une VIP peut adorer shopper pendant des heures tout en adorant regarder un film débile ou passer du temps sur des sites Internet inutiles. A ne jamais oublier également : une VIP n’est pas toujours loquace, mais c’est parce qu’elle préfère parler ou donner son avis que lorsqu’elle juge que c’est nécessaire. C’est ce qui la différenciera aussi des VID (Very Important Dinde). Enfin, je dirais qu’une VIP est indissociable de ses ami(e)s : sans eux(elles), la VIP ne serait pas. »

Merci donc à M. pour cette interview et bonne continuation à toutes les Very Importantes Pétasses.

Article  par Laurie Tchewwy Diricq


La neige sur ebay?

20 Déc

Il est vraiment possible de trouver de tout sur eBay, que ce soit pour les cadeaux de Noël jusqu’au 33tour introuvable sur le marché des Poppies à leur début.
Mais ici, l’idée géniale nous vient de Belgique, à Paliseul plus exactement ou un habitant a décidé de mettre de la neige aux enchères sur Ebay!

L’idée qui, à la base était une simple boutade entre amis, est devenue un énorme Buzz sur le net, Facebook et Twitter en parlent et à l’heure ou j’écris ces lignes, les questions/réponses et les visiteurs sont nombreux sur cette page.

Voyons un peu ce qui est proposé :

Voici la description de l’article en vente :

Neige fraîche

Etat de l’objet : Neuf

Livraison : Remise en mains propres  gratuite
Lieu : Paliseul, Belgique

..

A vendre neige fraîche en très grosse quantité.

Neige d’origine purement ardennaise!

Convient pour :

– avoir une bonne excuse pour ne pas se rendre au travail demain
– enrhumer vos enfants et les voir toute la semaine avec la goutte au nez
– débarrasser le voisin qui n’a plus de place pour la taper
– lancer des boules à la vieille du bout de la rue qui passe sa vie à la fenêtre!
– collée sur vos semelles avant de rentrer à la maison, pour faire crier votre femme autrement qu’au lit!
– cacher les mauvaises herbes du jardin, la grand mère qui commençait à se relever de sa dernière chute…

Pour ceux qui n’ont pas encore fini leurs achats de Noël, c’est le moment!

 

Article par  Laurie Tchewwy Diricq

Fraises au chocolat ce weekend?

17 Déc

Cette semaine, j’ai découvert sur mon mur Facebook une petite invitation qui m’a semblé vraiment sympa:

Il faut dire que je suis une fille, et même que je suis gourmande et que je ne refuse jamais les bonnes choses, mais là, c’est mieux encore, il s’agit de fraises enrobées de chocolat et de massepain!
Le vrai rêve d’une fana comme moi.
J’ai découvert qu’un ami avait un don pour le chocolat et j’ai été poser quelques questions à ce sujet:

Bonjour Nath ou Laurent, quelle est donc cette idée d’aller mettre des fraises sur mon mur? C’est tenter le diable..

Laurent je préfère car c’est mon premier prénom mais je pense qu’on me connaît davantage sur le second à savoir Nathan (NDLR : sur Facebook, Nath Lorda) un chassé-croisé entre mes origines françaises (mère) et polonaises (père).
Pour le chocolat, il s’agit en l’occurrence ici d’une xième tentation terrestre devrais-je dire (gare aux oreilles prudes mdr) avec, sur un même piédestal, l’envie et la gourmandise suscitées à base d’une simple fève de cacao dont j’aime la forme en soi.
Plus sérieusement parlant, le matin j’ai souvent croqué un morceau de chocolat au petit déjeuner, j’ai toujours aimé çà. Sans oublier le vrai et pur cacao que me préparait mamy avant qu’elle ne me conduise à l’école maternelle. Mon bol dégageant de chaudes effluves de cacao qui me faisaient pétiller les yeux et me rendaient de bon humeur car je n’aimais pas me lever tôt.
Plus tard j’entendais de tout à propos du chocolat.
Autant de bon que de moins bon, mais je ne m’informais pas spécialement car, ado, j’avais d’autres chats à fouetter que l’érudition à tout prix. Je me contentais des cours c’était déjà suffisant à mon goût.

Comme pour l’esthétique- que je pensais à un moment ne pas être accessible aux garçons (cliché)- le chocolat était, pour moi, logé à la même enseigne. Je ne savais pas qu’il y avait des études spécifiques. Je pensais qu’il s’agissait de pâtissiers qui faisaient çà et comme je n’aimais guère la farine, et bien je suis passé à côté durant des années sans le savoir. Le déclic je dirais, c’est le réseau IFAPME qui m’a mis en présence de ces 2 formations.
Alors je me suis trouvé face à un choix, que je n’ai pas fait en quelque sorte. Je me suis dis: « réalise les 2 sur une période de 4 ans ». Ce que j’ai fait et le chocolat est venu en seconde position.

Mais au fil du temps je réalise que ce dernier révèle chez moi encore plus l’esprit créatif, le plaisir lié à un métier en pénurie.
Le plaisir ultime c’est de voir déambuler au musée du chocolat, grand place de Bruxelles, des gens venus de tous horizons qui adorent le chocolat véritablement et qui sont émerveillés lorsqu’on leur montre comment le tabler ou vider les moules. La cerise sur le gâteau ce sont les petits qui, pour certains, comprennent rapidement ce qu’est le chocolat et ce qu’on peut en faire dans sa partie créative.
Il est rare de voir des grises mines au contact du chocolat 🙂

Effectivement, le chocolat c’est une vraie tentation,qu’elle soit féminine ou masculine 🙂 Tu parles du musée du chocolat mais également de ‘Ce que femme veut’ dans ton annonce sur Facebook, qu’est ce que c’est et en quel honneur?

Le retour aux sources en quelque sorte. La fraise, fruit belge dont la réputation n’est plus à faire, et le chocolat, plaisir gourmand également typiquement belge à la réputation internationale. Il faut savoir que nous sommes le second pays après la Suisse dont la consommation par habitant est importante en Europe. Le belge en moyenne consomme 6k par an de chocolat. Il était pour moi logique de créer une première initiative régionale en ce sens et d’allier mon plaisir également immodéré pour la mode féminine. J’avais entendu parler de la gamme ‘il est où le soleil’ et il y a quelques mois j’ai justement rencontré la sympathique responsable du magasin louviérois très intéressée par mes idées. Nous avons donc convenu de nous revoir et de concocter une initiative commune à l’occasion des fêtes de fin d’années qui sorte de l’ordinaire. Une démonstration à « pignon sur rue » en prélude à la fête de Noël mais aussi à d’autres initiatives qui verront le jour en 2011.

‘Ce que femme veut’, quel joli nom! Et que va t’il donc se passer ce samedi à la Louvière? Peux tu m’en dire plus?

Samedi 18 et dimanche 19 décembre de 14h à 18h, le centre-ville sera le théâtre d’animations pour les enfants et leurs parents
Les enfants pourront monter dans le train au départ de la rue Albert 1er. Ils recevront ballon et bonbons, tandis que les parents se verront remettre un guide des commerces du centre-ville.
Les Ateliers « La tête en l’air » organiseront à partir de 14h des activités dont la participation est gratuite à la Maison des Associations, place Mansart.
Un concert apéritif sera également organisé par le Conservatoire de La Louvière le samedi 18 décembre à partir de 11h à la Maison des Associations.
Les commerces seront ouverts le dimanche 19 décembre 2010 à partir de 14h.

En ce qui me concerne je placerai un stand muni de petites tempéreuses et je travaillerai le chocolat à la poche, au triangle et à la spatule. J’axerai principalement sur le fruit, le massepain et le mendiant un basique du chocolat noir recouvert de noix, noisettes et raisins sec très pourvu en vitamines B

A titre indicatif le chocolat noir est excellent pour le cœur car il contient un flavanoïde antioxydant qui dilate les vaisseaux sanguins. Alors, autant en profiter, d’autant plus qu’il sera accompagné de succulentes fraises réservées pour cette occasion.

Miam! Le chocolat a aussi une vertu aphrodisiaque et antidépresseur, ca me donne des raisons pour ne pas m’en vouloir de craquer!
Une dernière petite chose, peux tu donner un petit conseil chocolaté pour toutes les personnes qui aiment le chocolat et qui me lisent?

Oui tu as raison de le signaler. Je conseillerais de le tester chez soi à domicile au départ d’un simple sac de pépites de chocolat que l’on peut se procurer dans certaines grandes surfaces (2Kg500) utile selon moi car dépourvu d’artifices néfastes pour la santé et agréable si on veut divertir les plus petits.
Le conseil que je veux exprimer ici, tient du fait que beaucoup de personnes testent le chocolat à domicile et s’adressent ensuite à nous en nous disant « on le fait au bain-marie et cela ne va pas » ou nous disent « on ne parvient pas à faire des moulages ils collent ».
Le bain-marie est déconseillé car l’eau n’est pas bonne pour le chocolat. Le risque de manipulation indélicate est réel à ce niveau-là
Le chocolat c’est une question de température, le noir se liquéfie au micro-ondes quand on n’a pas de tempéreuse. On le fait sur la fonction dégel car au-delà de 50 degrés il brûle et çà empeste ensuite la maison et le micro-ondes pour un bail.
En fonction dégel on met une quantité de 200 ou 400 grammes pendant 2 minutes ensuite on regarde et on mélange. Si ce n’est pas suffisant on le replace un tout petit peu.
Le chocolat peut se tester à la température de la lèvre (comme pour les biberons) si c’est trop froid, pas correct, trop chaud, non plus. Pour le noir la température de travail est de 31 à 32 degrés, au lait 30 et le blanc 28 puisqu’il contient beaucoup de matière grasse

Pour faire un moule on le table auparavant un peu sur inox ou marbre voire verre après l’avoir fondu. Ensuite on moule et on laisse à température de 14 à 16 degrés ou quelques minutes au frigo mais pas trop longtemps pour éviter le choc thermique. Ensuite on démoule délicatement.

On peut également tirer des lignes de chocolat chaud pour garnir les glaces qu’on propose à ses invités. On laisse poser ensuite on racle avec une palette style peintre et cela crée les copeaux. Il est également facile de « recroller » le chocolat pour faire ce qu’on appelle des cigarettes.

Si on utilise une cuillère on peut couler les mendiants de forme ronde et y placer ce qu’on aime en fruits secs. C’est excellent pour le tonus et prouvé !

Merci Laurent, ca donne vraiment faim tout ça!

J’espère avoir suscité l’intérêt des papilles gustatives de tes lecteurs de cet engouement du chocolat qui est le mien.
Tout comme un bon vin ou un bon café (tous 2 compatibles d’ailleurs avec le chocolat) nous apprenons à tester différentes sortes de chocolat. Personnellement j’aime celui qui frôle les hauts seuils avec plus de 80% en teneur cacao même s’il est plus amer il regorge alors de toutes ses vertus et il est excellent à croquer ou à boire mais il est vrai que tout le monde n’aime pas une certaine amertume chocolatée car nos palais sont plus habitués à l’apport de sucre.
Il m’a fallu un temps d’adaptation mais à présent que je m’y suis habitué je ne sais plus m’en passer.
Je pense que les connaisseurs en vins ou cafés me comprendront et je les invite à venir également dialoguer avec moi ce samedi car ce sont des produits issus de la terre tous 3 et parmi les plaisirs terrestres les plus intenses selon moi.

Voilà qui donne l’eau à la bouche, j’irais donc ce samedi déguster des fraises au chocolat et du massepain à La Louvière.
Petit rappel:

♥ Cœurs de Massepain ♥ et ♥ Fraises enrobées de chocolat ♥
Samedi 18/12 de 14 à 18H
« Ce Que Femme Veut »
Rue de La Loi 41
La Louvière

Retrouvez:
Nath Lorda sur Facebook
Le groupe Facebook des chocolatiers de l’IFAPME
Le site web du musée du Chocolat

Oui, je suis une fille comme les autres!

Nath n’est pas que chocolatier, il est aussi photographe. Je vous laisse ici découvrir quelques photos :

Le concept c’est la farfouille aux chocolats, Marine livrée à elle-même dans une approche gourmande et destiné à susciter des après-midi entre filles sous fond musical et gourmand.
Marine sera mise à l’honneur ce samedi, est binchoise et étudiante universitaire à Mons en pharmacie.
Elle sera aussi exposée au Musée du chocolat (grand place à Bruxelles) dans le cadre « senteur chocolat », créé par Laurent et qui inclut des coulées de chocolat, du tilleul et des fèves de cacao.

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

Le « Stress » par Hélène et les garçons

9 Déc

Petite, j’étais une grande fan d’Hélène et les garçons, j’ai même consacré une grande partie de ma jeunesse à imiter Hélène devant mon miroir, avec ma brosse à cheveux.

« Hélène, je m’appelle Hélène, je suis une fille comme les autres… »

Et maintenant je suis grande, une adulte responsable.
J’ai fini par comprendre qu’aller à la « cafét' » tous les jours, ce n’était pas bon pour mon portefeuille, que la coloc avec toutes mes copines ce n’était pas vivable, que les musiciens ne sont pas tous cool, que le sport tous les jours, je ferais bien de m’y mettre, que tout n’était pas tout rose et violette…

MAIS!

Mais d’un coté, je garde contact avec mon enfance grâce à toutes ces productions que je regarde encore honteusement lors des rediffusions télévisées.
Ce qui m’a obligé à aller faire un tour sur Youtube et donc de tomber nez à nez avec des tonnes de parodies, de moqueries et de blagues en tout genre et cette vidéo particulière, d’un épisode dont je ne me souviens absolument pas, ou l’on peut déceler une note de violence dans la bande à Nico,Cri-Cri d’amour et José.

Voilà une vidéo qui va bouleverser toute ma jeunesse…

Article par Laurie Tchewwy Diricq

la truffe au chocolat qui fond dans la bouche

6 Déc

En ces périodes de fête patronales, de grand froid et d’échange de cadeaux, on a facilement envie de se laisser aller à la cuisine et à la pâtisserie.
Une bonne occasion donc pour offrir à ses proches des truffes de qualité réalisées avec nos petites mains et un grand sourire !

Voici donc ma propre recette de truffes qui a déjà fait ses preuves (et mes collègues ne vont pas me contredire!)

Ingrédients :
500g de chocolat noir de bonne qualité,
250g de beurre non salé
4 jaunes d’œufs
2 paquet de sucre vanillé
250g de sucre glace
du cacao.

Préparation :

Cassez le chocolat en petits morceaux dans un plat résistant à la chaleur et le faire fondre au bain-marie. Quand le chocolat commence à fondre, ajoutez progressivement le beurre coupé en petits dés et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Quand le beurre a bien fondu dans le chocolat, retirez le plat du feu et ajoutez les jaunes d’œufs, le sucre vanillé et le sucre glace.
Mélangez le tout.
Mettez la pâte au frigo pendant au moins une heure afin qu’elle se durcisse.
Quand la pâte est prête, formez des petites boules de pâte à la main ou à l’aide d’une cuiller, roulez-les dans le cacao et ensuite disposez les dans un plat et dégustez.
Vous pouvez varier les gouts en ajoutant quelques goutes de rhum dans votre pâte avant de la placer au frigo ou simplement en remplaçant le cacao par du pralin, des pépites de chocolat ou des Smarties écrasés.

Plaisir assuré 🙂

Et pour ceux qui cherchent de l’idée, voici quelques liens qui pourront vous aider à réaliser des cupcake et des truffes dignes des plus pros :
Le Flickr d’Ana Fuji : une grande pro de la décoration pour avoir aussi bon aux yeux qu’au ventre.
Recette-blog : qui propose une recette de truffes fondantes au Nutella et à la crème de marron.
Technologie Potpourri : une petite sélection de gâteaux très « geeks »

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

La neige, c’est chouette!

3 Déc

Cela 3 jours aujourd’hui qu’il neige à souhait en Belgique.

Quel bonheur la neige! C’est beau, c’est doux, c’est enfantin, ça donne envie de retomber en enfance… Mais ça bloque les routes, ça fait dérailler les trains et ça fait glisser les mamy.

Pour passer ce weekend à s’amuser dans la neige et non râler sur votre voiture noire devenue blanche, voici quelques idées de jeux à faire dans la neige pour ramener à la vie l’enfant qui est en vous.

1* La bataille de boules de neiges

On a tous déjà reçu ou lancé une boule de neige, ramassée avec les gants ou les mains, compressée entre nos petits doigts et ensuite lancée sur une personne avec précision (ou pas…) non? Allez, rappelez vous votre jeunesse!
Age : 10 ans

2* Pipi dans la neige

Évidemment, c’est un peu plus difficile pour les filles, mais pouvoir écrire son nom en jaune dans la neige toute blanche, ça permet une certaine fierté. Et ça, c’est bon!
Age : 8 ans

3* La luge

Là, il faut être au minimum 2, mais niveau fierté et ego, c’est grisant. Par exemples, on peut se sentir très Lady Di ou Kennedy avant leur mort et faire signe fièrement au peuple avant de s’écraser (beaucoup moins fièrement) dans la neige à cause d’une bosse.
Et pour les campagnards, rechercher dans votre coin une jolie pente avec un espace « d’atterrissage » au bout et laissez vous glisser.
Age : 4 ans

4* Les anges

Allongez vous dans la neige et faites bouger vos bras et jambes de haut en bas. Relevez vous et.. admirez le travail!
Age : 12 ans

5* Les marchés de Noël à l’extérieur

C’est pas un jeu, mais c’est bien fun.
Age : 5 ans ou 50 ans

6* Le bonhomme de neige

On fait travailler son imagination et sa créativité pour faire le plus beau des bonshommes de neige, on sort la collection de vêtements du printemps dernier, une carotte (ou autre) pour le nez et hop, vous voilà officiellement géniteurs momentanés.
Age : 8 ans

 

Bon maintenant, plus d’excuses! On enlève ses talons, on déconnecte son pc, on met des gants et on file dehors!

 

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

On se prend un café?

1 Déc

Le matin, c’est sacré. C’est le grand moment ou l’on a la tête dans le brouillard, les yeux encore collés, le cerveau tourne au ralenti, on se sent seul, déprimé, isolé, il fait froid…

Et puis, surgit au beau milieu de notre brouillard : la machine à café !

C’est la grande mode du Senseo, et pourtant, le rituel du café qui passe est important pour beaucoup d’entre nous.  Mais je ne suis pas là pour discuter de votre machine à café, non non, je m’intéresse à la machine à café communautaire, celle qui se trouve au bureau.

La pause café du matin, c’est LE grand moment pour tisser des relations.
C’est un peu le passage obligé, d’ailleurs les machines à café, autrefois cachées dans un recoin de la boite, sont maintenant en openspace, propice à la discussion et la rencontre.
En France,  2 salariés interrogés sur 3 (65%) considèrent la pause café du matin comme un moment indispensable pour tisser de bonnes relations au bureau.

Regardez autour de vous, il y a cette fabuleuse machine entourée de personnes qui discutent.
C’est LE moment des potins. Passionnés des feux de l’amour, c’est le moment, c’est l’instant, ouvrez vos oreilles !
Pour savoir qui déménage, qui couche avec qui, qu’a fait le chien d’intel et le mari de une-telle, soyez attentif.

Et quand on parle de pause, on peut y ajouter toutes les addictions : Pause radio-clope-café (ordre aléatoire bien sur 😉 )
Depuis la loi de 2007, interdisant les cigarettes dans les bureaux, le « tour de cendrier » est devenu LE lieu à fréquenter, à découvrir. C’est bien connu, les meilleures décisions, se prennent à la pause clope.

Petite note intéressante :
La caféine associée au glucose améliorerait sensiblement l’activité cérébrale. C’est la conclusion d’une étude espagnole qui a fait appel à l’imagerie par résonance magnétique pour observer le substrat neuronal de l’effet combiné des deux substances.
-> Pensez au biscuit avec un café.

Sur ce, bon café !

 

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

%d blogueurs aiment cette page :