Archive | Réseaux sociaux RSS feed for this section

La pizza sur mesure en 2020

25 Jan

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d’une pizza en 2020, ou les dérives de tout afficher sur les réseaux sociaux :

Standardiste :
Speed-Pizza, bonjour.

Client :
Bonjour, je souhaite passer une commande s’il vous plaît.

Standardiste :
Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

Client :
Mon Numéro d’Identification National ? Oui, un instant, voilà, c’est le 6102049998-45-54610.

Standardiste :
Je me présente je suis Habiba Ben Saïd. Merci Mr Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69.
Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01.
C’est bien ça, Monsieur Lavoie ?

Client (timidement) :
oui !!

Standardiste :
Je vois que vous appelez d’un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique.
Sachant qu’il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant AZ25/JkPp+88

Client :
Bon, je le fais, mais d’où sortez-vous toutes ces informations ?

Standardiste :
Nous sommes connectés au système croisé, Monsieur Lavoie

Client (Soupir) :
Ah bon !…. Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.

Standardiste :
Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur Lavoie.

Client :
Comment ça ???…

Standardiste :
Votre contrat d’assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension et d’un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D’autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, Si la commande est maintenue la société qui l’assure risque d’appliquer une surprime.

Client :
Aie ! Qu’est-ce que vous me proposez alors ?…

Standardiste :
Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de soja, je suis sûre que vous l’adorerez.

Client :
Qu’est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?

Standardiste :
Vous avez consulté les ‘Recettes gourmandes au soja’ à la bibliothèque de votre comité d’entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le Net, en utilisant le moteur ‘_http://www.moogle.fr ‘_avec comme mots clés soja et alimentation. D’où ma suggestion.

Client :
Bon d’accord. Donnez-m’en deux, format familial.

Standardiste :
Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150 mg de Phénylseptine par 100 g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer.
En revanche, j’ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.

Client :
Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit.

Standardiste :
Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C’est ce qu’indique le Credicard Satellis Tracer.

Client :
J’irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n’arrive.

Standardiste :
Ça ne marchera pas non plus, Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.

Client :
Mais ?… Ce n’est pas vos oignons ! Contentez-vous de m’envoyer les pizzas ! J’aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?

Standardiste :
Compte-tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.

Client :
Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai un scooter ?

Standardiste :
Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l’Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu’il a passé le contrôle technique hier et qu’il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs j’attire votre attention sur les risques liés à votre taux d’alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails Afroblack au Tropical Bar, il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous, ni Mlle Denoix n’êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.

Client :
@#%/$@& ?# !

Standardiste :
Je vous conseille de rester poli, Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d’un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d’insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé.
Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à agent.

Client (sans voix) :

Standardiste :
Autre chose, Monsieur Lavoie ?

Client :
Non, rien. Ah si, n’oubliez pas le Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub.

Standardiste :
Je suis désolée, Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15 % de remise sur une adhésion flash au contrat Jurishelp, le contrat de protection et d’assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat pourrait vous être utile, car il couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce.
Vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie, née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l’achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d’une boîte de 15 préservatifs et d’un flacon de lubrifiant à usage intime.

À titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma.
Toutefois veuillez éviter les pratiques susceptibles d’irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se dégage de toute responsabilité.

Bonsoir Monsieur et merci d’avoir fait appel a Speed Pizza.

Manif et camping virtuel

12 Jan

La belgique et son (non)gouvernement font des émules. Même sur le net.

On peut découvrir depuis quelques jours une idée farfelue : Camping16.
Le créateur invite les Belges à manifester leur mécontentement envers le gouvernement belge en proposant aux « manifestants virtuels » de planter une tente sur le trottoir virtuel de la rue Royale Bruxelloise.

« pas de Gouvernement, Remboursement »

Que faites-vous si vous avez payé pour quelque chose qui ne fonctionne pas, dont vous n’êtes pas content? Vous exigez d’être remboursé. Purement logique. Purement légitime. Pourquoi dès lors, payons-nous tous pour un produit qui ne fonctionne pas comme prévu?

Femme flamande ou homme wallon, jeune travailleur ou manager expérimenté: nous voulons tous un gouvernement qui fonctionne. Car la politique est une tâche noble, ou devrait l’être. Car un pays a toujours besoin des décisions justes ainsi que de leur bonne exécution. In fine, c’est l’électeur qui donne son consentement à tout cela.

Hé bien, nous avons une proposition.

Si les politiques ne parviennent pas à former un gouvernement dans les cent jours, alors nous exigerons d’être remboursés. Purement logique. Purement légitime. Pour être bien certains qu’ils ne l’oublient pas, nous le leur rappellerons tout au long de ces 100 jours. Nous ferons le décompte ensemble, sur le trottoir virtuel de la Rue de la Loi, 16.

Votre patience est également à bout? Envoyez un signal clair aux politiques et soutenez ‘Camping 16’. Comptez avec nous les 100 jours à la Rue de la Loi, 16, et incitez les politiques à faire leur job. Montez votre tente virtuelle, occupez la Rue de la Loi 16, et faites savoir aux politiques que vous en voulez pour votre argent.

Grand temps pour une petite révolution, sans violence.

Voilà ce qu’indique  ce site « Camping 16 Rue de la Loi »réalisé par un publicitaire de l’agence Guillaume Duval qui lance un ultimatum aux politiciens.

Si les appels à manifester affluent sur le web, celui ci est  en train de créer le buzz sur Twitter et Facebook ainsi que dans la presse.

Le web créerait des révolutions pacifiques? on verra!

En attendant, rendez vous sur :  http://www.camping16.be

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

Louer une fille ou un dvd?

6 Jan

On a connu l’expansion des sites de rencontre classique (Meetic, Zoosk, NicePeople…) qui ont été la résurrection de la vie sociale des Babyboomers du web.

Bien sur, ces sites ont évolué, se sont attaqués aux réseaux sociaux et ont même fini par en devenir tout court : Zoosk est considéré comme un réseau social pour célibataire.

Ensuite, on a eu un petit adopteunmec.com et adopteunemeuf.com, ou le principe était simple :

http://www.adopteunmec.com ou http://www.youtube.com/watch?v=5pZI8Ezoo8E

Comme au supermarché, on choisit un mec/produit qui nous plait, on lui envoie l’autorisation de nous parler et ensuite, libre à lui de répondre ou pas.

Il y a longtemps, j’avais découvert rentagerman, un site qui proposait de louer un allemand pour une charmante compagnie pour quelques jours, plusieurs packtage de 700 à 1500euros, family pack, business pack etc ..

http://www.rentagerman.de/
« You can select the German of your choice for an exclusive lifetime experience:  Imagine to appear with your German at parties, family events, or just hang out with them at the local shopping center.
No matter, wich occasion you choose, you can surely impress your environment by presenting an original German. »

Le principe a fait son petit bout de chemin, et bientot, les français pourront « louer » une petite amie sur le net!

On est loin de la « girlfriend expérience » de la prostitution, ici c’est plutot un accord commun entre une comédienne et une personne qui a besoin de compagnie 🙂
Ce site s’appelle : loueunepetiteamie.com et il sera officiellement accesible à partir du 31 janvier 2011:

http://www.Loueunepetiteamie.com

Pour les hommes seuls ou ceux qui ont promis à mamy d’amener leur petite amie « bien sous tout rapport » au prochain repas de famille, ne courez pas dans la rue après des inconnue, non non! Louez plutôt une petite amie.
Les petites amies sont disponibles pour une heure (20 €), trois heures (60€), une nuit (180€) et même un week-end complet (540€). Le dossier de presse de loueunepetiteamie.com explique que cette « location » permettra aux hommes d' »échapper à la routine après plusieurs années de mariage, de gonfler leur égo en étant vu en charmante compagnie, de ne plus subir la pression sociale du célibat »…

Ca me rapelle un peu le principe du film « prête moi ta main »avec Alain Chabat et Charlotte Gainsbourg…

Article par laurie Tchewwy Diricq

City Plug : le e-tourisme du shopping

25 Nov

Pages d’or, Pages blanches, Google, Resto.be… Le web, c’est pratique, mais il y avait un manque. C’est là que City Plug intervient.

Lancé en avril 2008, CityPlug.be est un city-guide interactif à destination d’un public urbain et actif. Shopping, restaurants, bars, beauté et loisirs : CityPlug.be vous permet de (re)découvrir les bonnes adresses de votre ville, mais aussi de partager avec les autres internautes vos meilleurs plans. Une fois enregistré sur le site, vous pouvez proposer de nouveaux lieux, ajouter votre critique aux endroits existants ou consulter les avis laissés par vos amis. (CityPlug par CityPlug lui même)

Prenons un exemple : je travaille à Bruxelles, j’habite à Binche dans le Hainaut, je finis à 17h et j’adore le sauna (oui c’est vrai, je suis une grande fan!)
Maintenant, amusez vous, cherchez sur le web, un sauna dans ma région, ouvert en semaine après 17h et qui ne soit pas un club libertin ou un sauna gay.

Pas facile du tout!

Et puis, j’ai découvert City Plug. Pratique pour la femme débordée que je suis, il y a simplement un moteur

de recherche qui m’indique le sujet de ma recherche dans le lieu que je recherche.
Pour ce qui est de mon sauna, l’affaire est vite réglée : la plupart des lieux référencés possèdent une description, un avis des utilisateurs et même le site web avec plus d’informations.
sortons du contexte de la working woman et devenons des fêtards. Le mardi soir, je m’ennuie. Le site quefaire.be ne me propose rien de bon et je file donc sur CityPlug, je clique sur « ouvert tard le soir » et choisir une lieu proche de chez vous pour faire la fête. Le plus dur reste à faire : y emmener vos amis.

Le second avantage, c’est la critique des utilisateurs. Certaines se sont pas constructives, dire que son sandwiche du Subway à Bruxelles contenait trop de salade, c’est un peu raconter sa vie. Par contre, on y trouve des avis sur la cuisson des viandes, le dosage de la mayonnaise, la propreté des toilettes, le rapport qualité/prix… là, ca devient intéressant!

Pour les marmitons parmi nous, il y a même une section « Les recettes de leur cuisine » ou l’on peut découvrir les recettes de certains restaurants connus ou non.

Je conclurais pas une petite pensée pour la carte « CityPlug », une carte de fidélité au mini prix de 3,5€ (l’équivalent des frais d’envois). Cette carte, appelée Cartoo, est une carte qui reprend toutes vos anciennes cartes de fidélités des magasins participant à l’actions, condensées dans une seule carte.

CityPlug existe aussi en version mobile compatible pour SmartPhone et Iphone. C’est un peu la nouvelle version du e-tourisme : le e-tourisme du shopping!
City plus est également présent sur Twitter (ici) ainsi que sur Facebook ()

Pour plus d’infos, rendez vous là :

Bon amusement!

Article par Laurie Tchewwy Diricq

Drague et réseaux sociaux : le bon deal?

9 Nov

Je me suis penchée depuis peu sur un phénomène que je pensais complètement mort mais qui agissait simplement dans mon dos : la drague sur les réseaux sociaux.

Tout à commencé avec une de mes meilleures amie qui est devenue célibataire et qui m’a posé la question fatidique : je le mets sur Facebook ?

Ma naïveté m’a poussé à lui dire « oui, je ne vois pas pourquoi tu ne le ferais pas ». Et là, une totalité de questions/affirmations totalement féminines m’ont assailli :
« Je ne suis pas prête à me faire draguer », « je ne suis pas prête à voir ‘Monex’ (surnom donné à l’ex homme de sa vie pour toujours ) se faire draguer par des filles »,  « X va venir me parler », « Y va se foutre de ma gueule », « Il faut que je change de photo de profil ? », « J’vais rejoindre des pages ‘tous des cons ‘ »… et blablabla.

Ding, ca vient de s’illuminer dans ma tête : la drague sur les réseaux sociaux, c’est pas de la tarte !
Il y a d’abord l’effet vitrine : le descriptif, la photo de profil, le réseau d’amis… tout ça semble important quand on veut draguer.

la nouvelle drague

la nouvelle drague

Dans la version Facebook ,  il faut se montrer sous son plus beau jour, grand sourire blanc à l’appui, ou avec la bande de copines, histoire de clamer « je-fais-la-fête-avec-mes-copines-tout-le-temps-je-suis-trop-géniale « !
Ensuite, c’est comme en marketing ou en publicité, on effectue un simple teasing :
1- XxX est célibataire : et on prends bien compte des tonnes de « ho 😦 » et de « tu en trouveras un autre » mis en commentaire
2- on quitte les pages « kan je te voiiiiis mon keur 100bal » à « Tous des (Mega)connards », « Le célibat c’est trop cool » et autres dérivés grammaticaux.
3- On choisit une victime : Oui, évidemment, il faut tourner la page et donc redevenir ce Cro-Magnon que nous aimons tant : le chasseur. Donc on poste des statuts, on répond à des invitations et SURTOUT, on commente et on aime.
On peut tout commenter, photos, statuts, liens d’amitiés… plus on en fait, mieux c’est !
Et ensuite… ensuite on verra !

Via Twitter, c’est différent.
On choisit une personne qui poste des « tweets » semblables aux nôtres et ensuite on retweete, on @ la personne souvent, on essaie de retrouver son blog, sa page et autre présence web et on file un rendez-vous.

Enfin ca, c’est la version des filles !

Après, il y a la version des mecs, et eux, ils ne draguent pas sur Twitter (ha bon ?) parce qu’il n’y a pas assez de photos. Donc j’ai posé les mêmes questions qu’aux filles.

Facebook, c’est le pied pour la drague des mecs. D’abord, sur Facebook, il n’y a rien à perdre, un mec ne se fera jamais juger pour sa photo en torse nu avec un slip sur la tête, un gros cigare cubain ou une autophoto prise de travers avec une bière en main et les yeux rouges. Normal, c’est un mec !

Ensuite, un mec, ca attaque. Par exemple, quand la victime poste « que faire ce soir », on peut apercevoir 2 catégories de mecs : ceux qui n’ont pas peur du « viens boire un verre avec moi (ou généralement nous, on le sait, l’Homme avec un grand H est un animal de groupe) » en commentaire et ceux qui vont y aller doucement via le chat.

La 2e catégorie a une technique assez particulière : Il rencontre des gens quand il sort, il leur adresse quelque mots et les ajoute ensuite sur Facebook. De là, démarre une recherche intensive dans les photos, les groupes, les pages afin de reconnaitre les gouts et les sujets de discussion de la victime et attend ensuite la connexion sur le chat pour se présenter.

Bien sur, l’amateur de foot et de rap n’ira pas parler de sport ni musique avec une jeune cavalière fan de Britney, et pourtant, après une longue attente (la 2e catégorie est très patient), il finira par inviter ou retrouver sa victime en dehors du web pour passer à l’étape supérieure.

Moralité :
Bon, maintenant c’est clair, la drague sur les réseaux sociaux par mail (salut t’es mignonne on se rencontre ?) c’est fini, on est à l’ère du 2.0 ou l’on apprends à connaître la facette virtuelle d’une personne avant de se lancer dans la vie réelle.
Mesdames, ne passes plus 3h devant la glace de votre dressing, passez plus de temps à organiser votre profil Facebook.

Article by Laurie Tchewwy Diricq

%d blogueurs aiment cette page :