Tag Archives: blog

Grève en Belgique… Désolée d’être pauvre!

22 Déc

Aujourd’hui, le 22 décembre, presque toute la Belgique est en grève. Quand je dis presque, je parle des services publics.

La grève était annoncée et depuis ce matin, pas de train, pas de bus, pas de facteur… Non rien. En fait si. Ce qu’ils ont oublié avec leur grève, c’est qu’il y a des gens qui ont du travail hors du secteur public. Ces gens qui aujourd’hui ont ramé pour se rendre au travail pour pouvoir économiser pour les pensions.

Dans le fond, je suis d’accord avec les syndicats. Mais dans la forme…

Voyons voir, ils sont en désaccord avec le nouveau gouvernement qui propose une réforme des retraites : c’est à dire bosser plus longtemps et plus vieux pour pouvoir ne pas vivre au compte de ses enfants. La tribune l’explique ici.
C’est logique aussi, parce que travailler plus vieux veut dire être remplacé moins vite et donc encore plus de difficulté pour trouver un boulot quand on est jeune.
Et puis il faut bien l’avouer. Quand on a plus de 50ans, personne ne veut vous engager parce que vous êtes trop vieux. 

Mais là ou le bât blesse, c’est que depuis Mardi matin, la SNCB est en grève. ET il n’y a pas qu’eux. La Belgique tourne au ralenti.
Et ce, juste avant Noël.

C’est maintenant que je m’énerve… MAIS POURQUOI NOUS?

J’ai 25 ans, un diplôme, un travail, un appartement que je loue. J’ai donc besoin de mon salaire, de mon travail et de faire des économies pour joindre les 2 bouts. Et pourtant, depuis mardi, j’ai l’impression que la SNCB m’en veut parce que je n’ai pas les moyens d’acheter une voiture.

NON, JE NE PEUX PAS M’ACHETER CE LUXE!

Quand j’enlève le loyer, de quoi me nourrir et payer mes factures de mon salaire, il ne me reste pas assez pour emprunter pour une voiture. Donc je m’en passe, et je prends les transports en commun. Parce que je n’ai pas le choix.
Pour en revenir à cette grève. Si elle avait duré 1jour, je n’aurais trop rien dit, mais là, c’est long. Depuis mardi, je suis obligée de trouver des systèmes D pour pouvoir aller travailler et rentrer chez moi.
On se moque de qui? Les gens qui sont dérangés dans l’histoire, ce sont les pauvres, comme moi, qui ont presque envie de pleurer sur le quai de la gare quand il n’y a pas de train. Pas vraiment la cible dans cette histoire de grève.
A la limite, pour 1 jour, je peux comprendre. Mais 4?
A la veille de Noël? Période de grosse masse de travail pour beaucoup de secteurs? Non, là il y a de l’abus.

Au final, après ce coup de gueule, je concluerais:
1/ Merci à la SNCB d’exister… du moins quand ils roulent
2/ J’ai attrapé un rhume en attendant sous la pluie comme une pauvre que je suis pour avoir un moyen de transport. Fini la jolie blouse pour le réveillon, on mettra une écharpe.
3/ La loi du moindre effort n’est pas toujours la meilleure.

Je suis donc partie travailler ce matin, contre vent et grève, pour pouvoir être sure d’avoir un avenir mais surtout, parce que je voudrais que mes enfants en aie un aussi. Et si il faut diviser la Belgique pour ça, alors faisons le. Mais, s’il vous plaît, faites que la SNCB se rende compte que sans elle, beaucoup de pauvre sont dans le caca et que quand on est un service pareil, on ne peut pas se permettre de faire des grèves à rallonge.

Parce que le petit public n’est pas politicien ni gouverneur.
Non, ce n’est vraiment plus le cas!

Laurie rêve de trains tout court!

Publicités

Sauvez Montishow!

18 Août

Le web permet plein de choses.

Des choses bien : Facebook, Twitter, Youtube, le téléchargement légal…
Des choses moins bien : Facebook, Twitter, Youporn, le téléchargement illégal…
Mais il permet un truc super bien : Le BLOG!

Oui, Blog avec un grand B!

Et si j’aime particulièrement lire, j’ai absolument flashé sur le blog d’un petit binchois, que je ne connais même pas dans la vie réelle, mais qui est presque devenu mon meilleur ami sur Twitter : MONTISHOW!

Qui est-ce? Je le laisse se dévoiler lui même:

« J’écris en ermite depuis une forêt. Je n’ai ni eau ni gaz. Je me nourris à base de châtaignes et d’écureuils crevés. Flitkov, le gars qui m’a coincé ici (voir son interview) m’a dit: quand tu me rapportera de l’argent, tu pourras quitter cette cabane sordide. En attendant, rends-toi utile et écris! Depuis lors, j’attends comme un con en écrivant! »

Et Montishow raconte des histoires complètement insolites, incroyables, impossibles mais qui me font m’évader dans un pays qui n’existe pas, se moquant du nôtre et complètement farfelu.
Un monde ou les écureuils se mangent encore chaud et ou TF1 ne fait pas la loi.

Ce blog, le voici : –> MONTISHOW <–

Et pourtant… Le blog de Montishow est sur le point de fermer!
Certes, le design est complètement pourri, mais la qualité des écrits en vaut la peine.

C’est pourquoi, chers amis, je vous invite à contacter montishow sur Twitter pour lui demander la pérénité de son blog, de son histoire et de ses écrits.

En échange, je vous promets que je lui offrirai gratuitement un nouveau design tout beau pour son site et même un nouveau logo si il est sage!

Sinon, il sera enfermé par Tchewwy qui succédera à Flitkov et il sera bien obligé de continuer d’écrire!

Longue vie au Montishow!

Article d’une vraie fan, Laurie Tchewwy Diricq 

Trop dur d’être une fille…

9 Juin

Être une fille, c’est chouette, on a plein de choix de vêtement, d’accessoires, on est cultivées et marrantes…

Mais le dicton n’a pas tord!

« Il faut souffrir pour être belle! »

Exemples :

1- l’épilation

Si nos jules se plaignent de devoir se raser régulièrement, c’est parce qu’ils oublient que nous aussi, on a droit à notre séance de torture : je parle de l’épilation! Loin d’être drôle et amusante, la traque au petit poil disgracieux est ouverte dés que le soleil pointe le bout de son nez, ou qu’on a rendez-vous avec Jules. Tout est permis : cire, crème, rasoir, magie ou prières à Dieu. Et le pire, c’est que quelques jours après… on remet ça!
Mais il faut avouer, quel plaisir de caresser ses jambes douces comme la soie, lever les bras en hurlant combien on aime la vie ou allumer du regard aux sourcils dessinés, le charmant brun de l’autre côté de la table.

2- les menstruations

Si on écoute la pub, le « cadeau de Dame Nature » ne nous empêchera pas de danser comme une gourde avec les bras en l’air et la petite robe noire. Sauf que c’est bien le cas : tous les mois, on y passe. Il y a des armes de plus en plus évoluée, du tampon à la serviette en passant par la coupelle, mais rien ne peut encore traiter les sautes d’humeur, les vêtements serrant, parfois les crampes, les envies de pleurer devant des petits chats ou d’assassiner les mamies.

3- les régimes

Le diktat de la beauté nous veut mince, canon, aux seins et fesses rebondies. Ok, sauf que ça signifie pour beaucoup d’entre nous (surtout au printemps, bizarrement!): RÉGIME. Difficile donc de se contenter de la jolie petite salade quand on rêve d’une vilaine pizza au 4 fromages. On limite aussi la bière, les M&M’s, les glaces, les viandes en sauce de maman et… les petits pots de chocolat de la crémière. Dove a vaguement essayé de nous faire croire qu’il nous voulaient ronde, ok, mais ils ne vendent pas de vêtements! Et ils y vont de bon cœur, les Dunkan et autres, avec leurs recettes qui coûtent un pont. Moi j’ai trouvé un truc génial : quand mes copines râlent sur leur 1kg200 de trop, je profite tranquillement de mes capacités culinaires. Celui qui est pas content, tant pis!

4- les masques (beauté?)

Le « soin du visage », c’est tout un art. Là aussi, il y a un tas d’arme de pointes, pour luter contre les cernes, les points noirs, la peau grasse ou sèche, les rougeurs.. Mais mon préféré, c’est le masque! Tellement sexy, tellement agréable! Et plus il est coloré, mieux c’est! Il porte bien son nom, le « masque beauté ». C’est simple, on tartine son visage d’une pâte , sans toucher les yeux et la bouche, et quelques minutes après, nous voilà transformées en alien dégénéré. Mais le masque a quand même le don de nous rendre le visage doux et tout lumineux. Qui a peur des petits hommes verts?

5- les talons

C’est sexy, cette démarche sensuelle et cette courbe du corps, si parfaite… sauf que pour en arriver là, il faut braver les talons. Déjà, quand on habite une ville à pavé, ce n’est plus un simple effort, c’est une épreuve du combattant. Après avoir acquis la stabilité, on s’habitue assez vite à la démarche chaloupée mais il reste encore l’éventualité de la danse. Pour les fêtardes aguerries, c’est simple, pour les autres, ça veut dire qu’il va falloir rester perchée des heures sur la pointe de pieds, sans perdre l’équilibre ni perdre la cadence. Allons allons, avec de l’entraînement, on peut le faire! Et puis, même Lady Gaga tombe avec classe!

6- les cheveux

Les cheveux, c’est aléatoire. Soit on en est fière et on passe notre temps a les brosser, les travailler et s’auto-complimenter, soit on les déteste et on essaie, entre les coiffeurs, les coiffures, les teintures ou les élastiques, d’en faire quelque chose.
Et on met bien du talent à se plaindre: sur la frange, sur la couleur, sur « l’incoiffabilité », sur la texture… Sur un peu tout en fait!

Mais mis à part ça, qu’est ce que c’est chouette d’être une fille!

Bouh!

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

Avoir sa PME sur Facebook?

28 Jan

Les PME Belges boudent Facebook.(1)

Des études réalisées sur la présence des TIC en Belgique a démontré que peu d’entreprises utilisent les réseaux sociaux pour faire parler d’eux.
Et pourtant:

A ce jour, plus de 3,7 millions de surfeurs belges ont déjà créé un profil sur Facebook, Facebook recense 42% de francophones pour 58% de néerlandophones et 52,7% de l’ensemble des membres belges sur Facebook sont des utilisateurs de 18 à 34 ans.(2)
Voilà un joli public cible ainsi qu’un joli listing d’adresses mis à votre disposition gratuitement.

Facebook présente 3 axes de profil :

• Le profil personnel
Le profil personnel sur Facebook n’est pas QUE un moyen d’étaler ses états d’âmes et ses photos compromettantes. C’est également un outil de « veille » (surveillance) de la concurrence et de sa propre entreprise. Par contre, la configuration du profil n’en fait pas spécialement le bon outil de promotion : limitation des amis à 5000, personnes qui vous « taggent » (identifient) sur un flyer ou une photo humoristique…
Bref, le profil Facebook est obligatoire pour pouvoir créer d’autres pages, mais il est bien plus utile quand il est privé et qu’il ne permet pas de montrer à vos clients des photos de vous à 4 ans sur une peau de mouton.

• Le groupe
Le groupe Facebook est comparable à un cabaret ou à un forum. Le groupe est défini par un thème exprimé dans le titre et toutes les personnes qui s’y sont inscrites peuvent laisser des commentaires, créer des débats et surtout, ils peuvent depuis peu créer un « chat » commun avec toutes les personnes inscrites. Un groupe « fermé » sera très utile pour une entreprise qui souhaite communiquer et dialoguer avec le personnel interne.

• La page « fan »

La page fan est le meilleur outil créé par Facebook pour les entreprises. Elle permet de se créer une véritable vitrine virtuelle grâce à ses différentes options et personnalisation.


Sur une page « fan » Facebook, en cliquant sur « j’aime », on accède à une page simple mais complète. Les différents onglets permettent une navigation aisée et des informations utiles:

Mur :
Le mur d’une page fan sert de lieu d’expression pour les fans mais également pour les actualités, les mises à jour, les promotions… de l’entreprise.
Info : Mieux qu’un annuaire, la page info renseigne l’adresse, le mail, le site web, les horaires d’ouvertures, le style et également une description libre des services proposés.
Photos et vidéos : La section photo est une jolie vitrine représentative de la page fan. On peut y créer des albums classés selon les styles ou les différents services.
Blog : Pour les entreprises qui possèdent un blog, ou un site web avec un flux RSS, lier ses nouveautés via l’onglet blog permet de les diffuser à travers votre liste de « fans » sans qu’ils aient à visiter le site web.
Évènement : Soldes, drink d’ouverture, guest star? Créer un évènement sur Facebook, c’est comme créer un flyer qui sera directement intégré à l’agenda du client sans même qu’ils aient à s’en souvenir.

Évidemment, le net regorge d’outils de promotion intéressante, mais si Mark Zuckerbergh est devenu aussi riche, c’est parce qu’il a conçu un outil qui regroupe tout ce qui peut être utile, fonctionnel et design dans une plateforme gratuite qui est devenue le 2e moteur de recherche le plus consulté au monde. N’hésitez pas, créez vous un nom sur Facebook!

Sources : (1-Quotidien « Vers l’Avenir ») (2 – CheckFacebook.com)

Article par Laurie Tchewwy Diricq

La neige, c’est chouette!

3 Déc

Cela 3 jours aujourd’hui qu’il neige à souhait en Belgique.

Quel bonheur la neige! C’est beau, c’est doux, c’est enfantin, ça donne envie de retomber en enfance… Mais ça bloque les routes, ça fait dérailler les trains et ça fait glisser les mamy.

Pour passer ce weekend à s’amuser dans la neige et non râler sur votre voiture noire devenue blanche, voici quelques idées de jeux à faire dans la neige pour ramener à la vie l’enfant qui est en vous.

1* La bataille de boules de neiges

On a tous déjà reçu ou lancé une boule de neige, ramassée avec les gants ou les mains, compressée entre nos petits doigts et ensuite lancée sur une personne avec précision (ou pas…) non? Allez, rappelez vous votre jeunesse!
Age : 10 ans

2* Pipi dans la neige

Évidemment, c’est un peu plus difficile pour les filles, mais pouvoir écrire son nom en jaune dans la neige toute blanche, ça permet une certaine fierté. Et ça, c’est bon!
Age : 8 ans

3* La luge

Là, il faut être au minimum 2, mais niveau fierté et ego, c’est grisant. Par exemples, on peut se sentir très Lady Di ou Kennedy avant leur mort et faire signe fièrement au peuple avant de s’écraser (beaucoup moins fièrement) dans la neige à cause d’une bosse.
Et pour les campagnards, rechercher dans votre coin une jolie pente avec un espace « d’atterrissage » au bout et laissez vous glisser.
Age : 4 ans

4* Les anges

Allongez vous dans la neige et faites bouger vos bras et jambes de haut en bas. Relevez vous et.. admirez le travail!
Age : 12 ans

5* Les marchés de Noël à l’extérieur

C’est pas un jeu, mais c’est bien fun.
Age : 5 ans ou 50 ans

6* Le bonhomme de neige

On fait travailler son imagination et sa créativité pour faire le plus beau des bonshommes de neige, on sort la collection de vêtements du printemps dernier, une carotte (ou autre) pour le nez et hop, vous voilà officiellement géniteurs momentanés.
Age : 8 ans

 

Bon maintenant, plus d’excuses! On enlève ses talons, on déconnecte son pc, on met des gants et on file dehors!

 

Article rédigé par Laurie Tchewwy Diricq

%d blogueurs aiment cette page :